CIRAD

CIRAD

Un nouvel enjeu

On ne le sait pas assez : le CIRAD Réunion est le dispositif le plus important de l’Outre-Mer français juste devant celui d’Antilles-Guyane, derrière l’implantation principale de Montpellier. Raisons historiques : un vieil ancrage de plus de 50 ans dans un territoire qui offre une palette de microclimats exceptionnelle. Raisons plus actuelles : un parc remarquable d’infrastructures (terrains d’expérimentation, laboratoires…) et de compétences (du labo haute sécurité aux champs) qui n’a pas d’équivalent dans la région océan Indien et adossé notamment à un réseau de partenariats locaux et régionaux tissés de longue date.

Sur ce solide socle, les 240 agents, chercheurs, techniciens, assistants, hommes de terrain du CIRAD sont engagés dans le cadre d’une nouvelle programmation 2015/2020 de leurs activités en partenariat avec la Région, le Département, l’Etat, l’Europe au niveau des fonds structurels pour faire écho à la nouvelle stratégie régionale de l’innovation (S3) et de la définition du nouveau projet stratégique des filières agricoles ou PRAAD (Plan Réunionnais de Développement Durable de l’Agriculture et de l’Agroalimentaire).

SEMINAIRE

Les nouvelles pousses pour 2016-2020

La Réunion, Eric Jeuffrault la connaît bien.

Avant de devenir directeur régional du CIRAD il y a six mois, il a dirigé le Service de Protection des Végétaux pendant 9 ans et participé activement à la construction du Pôle de Protection des Plantes, sorti de terre en 2000 à Saint Pierre et a animé à nouveau au sein de la direction de l’Alimentation, de l’Agriculture et des Forêts de 2011 à mi 2015, le service d’Économie Agricole et des Filières agricoles : bons points de départ pour connaître à la fois ceux qui font l’agriculture d’aujourd’hui et ceux qui inventent celle de demain. Et pour planter avec eux les « bonnes pousses » d’un avenir meilleur, du laboratoire aux champs…

Le CIRAD, de la cornue à la binette

Le CIRAD est une organisation formidablement diversifiée, dont le but essentiel est de rendre pratiques, utiles, rentables et désormais écologiquement profitables les innovations conçues dans des laboratoires extrêmement spécialisés, dont certains bénéficient des normes de sécurité les plus élevées.

Rendre pratiques, cela veut dire mieux faire passer le message, les nouvelles techniques ou transférer des outils aux producteurs, vendeurs, exportateurs des filières agricoles à La Réunion, en tenant compte du nouvel environnement de communication et des perceptions de chacun. Un exemple : pour faciliter les investigations des agriculteurs face à un problème phytosanitaire, des applications sur smartphone sont en cours de mise au point, qui permettront d’identifier immédiatement une plante ou une maladie en prenant sa photo, et avoir un diagnostic, une idée de sa nocivité potentielle et des moyens de lutte disponible. En résumé, une expertise pratique à portée de main, et instantanée…

Dans cette logique de transfert de la recherche la plus pointue aux champs… et à nos assiettes, le CIRAD dispose d’infrastructures gérées en partenariat, tel le Pôle de Protection des Plantes déjà cité, de plateaux techniques d’expérimentation de terrain, comme à La Mare pour les essais sur canne ou pour étudier l’impact sur le sol de l’apport des déchets agricoles ou urbains ou à Bassin Plat pour les fruits et le maraichage. Le Cirad participe aussi à des réseaux comme les Réseaux d’Innovation et de Transfert agricole, accélérateurs de progrès avec les acteurs concernés et à dimension économique. Sans compter les nombreux partenariats avec le monde de la recherche (Université de La Réunion, IRD, INRA, différentes universités de métropole et d’Europe, le centre technique d’expérimentation Armeflhor, eRcane, entre autres), et les partenariats avec le pôle de compétitivité Qualitropic, la Technopole, le Parc Réunion, le Conservatoire des Mascarins, le Muséeum d’Histoire naturelle. Et, c’est notre partenaire naturel qui crédibilise la recherche, avec la profession agricole, dont la capacité d’entreprendre est qualifiée « d’énorme » par Eric Jeuffrault, et qui est irriguée des connaissances et techniques nouvelles notamment par le RITA (Réseau d’innovation et de transfert agricole), RITA qui compte un animateur par branche de l’agriculture (végétal, canne, animal).

Des plans ambitieux pour le futur

Vaste chantier : Eric Jeuffrault, énumère au moins six grands objectifs pour 2015-2020 :

1 – L’agroécologie, avec l’amélioration des pratiques agricoles, la valorisation des agrosystèmes, de la biomasse, l’étude des impacts environnementaux de l’agriculture (dans la perspective de pratiques qui diminueraient l’apport de CO2 au lieu de l’augmenter en mettant le sol à contribution), la culture de canne « bio » ou, du moins, moins dépendante des intrants agricoles (les herbicides pourraient être remplacés par des « plantes de service » couvrant le sol et empêchant la croissance des mauvaises herbes…) Vers une agriculture « climato-intelligente », avec un enjeu dépassant largement les frontières de l’île, puisque la coopération régionale et internationale est une des grandes missions du CIRAD, mais aussi une meilleure gestion de nos déchets au profit de l’agriculture…

2 – La sécurité sanitaire, avec la mise en place de deux réseaux en liaison avec les professions agricoles en santé animale et des plantes, pour prévenir et lutter contre les risques menaçant l’élevage, l’agriculture et les milieux naturels (protection de la biodiversité).

3 – L’amélioration des productivités et la réduction des pertes à la production, grâce notamment à des itinéraires techniques innovants et les outils nomades déjà évoqués (analyse des sols, du fourrage par spectrométrie infrarouge, identification des plantes invasives, meilleur diagnostic des maladies, lutte biologique contre les insectes…)

4 – La recherche de qualité. La sélection des meilleures variétés et des terroirs pour développer le café Bourbon pointu en est un exemple. Il y a bien d’autres créneaux exploitables où l’excellence réunionnaise peut se faire un nom, notamment dans le domaine de la vanille, dont le CIRAD Réunion est un des conservatoires de ressources génétiques et biologiques parmi les plus riches du monde, mais aussi la canne (en partenariat avec eRcane), l’ail, les agrumes, les légumes longtemps, la mangue… Des sciences nouvelles sont également déployées, comme l’analyse sensorielle et la constitution de jurys professionnels, au profit du développement de nouveaux produits de grande qualité.

5 – L’appui aux politiques publiques. En étroite connexion avec les acteurs de la filière, une meilleure connaissance du territoire et une aide à sa gestion (appuyée sur des outils cartographiques innovants, notamment grâce aux nouvelles possibilités d’acquisition de données par les satellites ou radar ou photos aériennes de plus en plus précis), vont se mettre en place, avec par exemple des systèmes de simulation de productions à moyen et long terme, en fonction de scénarios : « Innover ensemble pour l’agriculture de demain » est le slogan du CIRAD. Cette évaluation peut toucher des domaines extrêmement divers : le devenir des carrières après le chantier de la route du littoral peut en faire partie, mais aussi la consommation des espaces agricoles ou la gestion tactique des territoires entre urbain et milieux naturels…

6 – La coopération régionale et internationale. « Il faut lever la tête et regarder l’horizon », souligne Eric Jeuffrault. La Réunion dispose, avec le dispositif réunionnais et le grand partenariat, de l’outil le plus élaboré de la région en matière d’appui à la qualité de la production agricole animale ou végétale, d’adaptation aux changements climatiques de ces productions, de sécurité sanitaire, phytosanitaire et alimentaire. Nos voisins sont intéressés, mais il nous faut trouver un partenariat gagnant-gagnant, au mieux des intérêts de chacun et dans des périmètres d’intervention bien définis. Le marché potentiel est énorme : aucun aspect des grandes questions de l’agriculture tropicale de demain n’est négligé. La sécurité alimentaire apparaît une base solide de coopération pour la période à venir. A cet effet a été constituée une plateforme de coopération régionale en agronomie (PRERAD) sous l’égide de la COI et appuyée par La Région Réunion, l’État et l’Europe. Cinq grands projets en réseau avec des pays de la zone (le CIRAD a aussi une antenne à Madagascar) sont ainsi en chantier autour de la « task force » de La Réunion.

La Réunion, un pôle essentiel

Que ce soit dans ses laboratoires, ses parcs à bois, ses conservatoires de la diversité botanique, ses formations universitaires et autres, ses travaux sur le terrain dans les stations de recherche ou chez les agriculteurs, le CIRAD Réunion s’affirme de plus en plus comme un centre où s’invente l’agriculture de demain, plus efficace, plus écologique aussi, et pas seulement pour l’île, mais pour son voisinage et la ceinture tropicale.

« Mais nos travaux sont résolument inscrits en partenariat, chacun dans son domaine de compétence et au profit de l’intérêt commun pour faire avancer la connaissance. Les résultats sont surveillés et l’impact de cette recherche doit être non seulement mesurée en terme de développement et d’avancée de la science, mais traduite aussi en terme de retombées économiques… gage d’une recherche équilibrée. ».

Fameux défi pour une équipe qui est le premier dispositif du CIRAD national hors métropole et qui rassemble un quart des activités de celui-ci sous ressources extérieures. Fameux symbole aussi : on croyait l’agriculture pétrie de traditions ? La voici au contraire qui se projette avec enthousiasme – et efficacité – dans le siècle nouveau…

Les + Technopole

Des liens solides

Le CIRAD entretient des liens importants avec la Technopole Réunion au travers de projets, d’appui à l’émergence de projets innovants d’entreprises, ou de manifestations partagées. A cet égard, l’exemple de l’organisation des journées d’Agrofertiles en 2014 fut un succès commun avec l’Armeflhor, les lycées d’enseignement agricole, la Technopole et le CIRAD, tous partenaires actifs des Réseaux d’Innovation et de Transfert Agricole au bénéfice direct des professionnels de l’agriculture.

DECOUVREZ L’INTERVIEW DU DIRECTEUR REGIONAL DU CIRAD, M. ERIC JEUFFRAULT

LE CIRAD en quelques lignes

  • Statut : Etablissement Public à caractère Industriel et Commercial (EPIC), sous la double tutelle des ministères de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche et des Affaires étrangères et du Développement international.
  • Sigle : Centre de Coopération Internationale en Recherche Agronomique pour le Développement.
  • Mission : le Cirad produit des connaissances et contribue au renforcement des compétences, pour accompagner le développement agricole et rural, avec une compétence spécifique sur les filières de productions tropicales. A La Réunion, il mène des programmes en partenariat en faveur de l’écosystème de recherche/développement. Ces programmes participent à l’ouverture à l’international et à l’insertion régionale de La Réunion.
  • Structure : 1650 agents, dont 800 chercheurs, 34 unités de recherche et 12 directions régionales en métropole, en outre-mer et à l’étranger. La Réunion est la plus grosse direction régionale hors hexagone.
  • A La Réunion : 240 agents au total, dont 60 chercheurs et une trentaine de doctorants ; 3 grandes stations (La Bretagne à St-Denis, Ligne Paradis et Bassin Plat à St-Pierre) totalisant 35 ha, de nombreux laboratoires (pôle de protection des plantes de Saint Pierre, laboratoire d’analyse agronomique (sols, matières végétales, matières organiques agricoles) à Saint Denis, Laboratoire d’analyse sensorielle à Saint Pierre, un centre de ressources biologiques avec trois collections de vanille, d’aulx tropicaux et de légumes « Lontan », et des collections de travail avec fruitiers tropicaux à Bassin Plat mais aussi des collections de microrganismes en milieu confiné et utiles à la recherche …), plus de 200 h de formation prodiguées à l’Université, quatre grands programmes d’activité concertés avec les partenaires… Financement : 117 millions d’euros pour la période 2015-2020 (autofinancement CIRAD à50%, le reste étant majoritairement assuré par l’es fonds européens, suivi par la Région, le Département et l’Etat).
  • Siège social : Station de la Bretagne, 40 Chemin du Grand-Canal, CS 12014, 97743 Saint Denis Cedex 9
  • Contacts : 0262 52 81 00 – Mail : dir-reg.reunion@cirad.fr

 

 

 

Afficher la carte